Le Récit

Dernier coup, 10.6. Je  préserve mon avance sur le deuxième, j’ ai du mal à réaliser, je suis CHAMPION PARALYMPIQUE !!! Cerise sur le gâteau, je me rends compte également que je suis le nouveau détenteur du record du Monde et du record de la finale Paralympique !

Mon entraîneur Jacques Meuret me dit : « tu vas me faire pleurer, tu l’as fait p’tit père, tu es champion Olympique !! ».

Tout s’ enchaîne très vite, podium, médias et bien sûr contrôle antidopage. J’ allume mon téléphone, je reçois une soixantaine de SMS.  Je pense à ma famille, mes amis et tout ceux qui m’ont soutenu et j’ imagine la joie qu’ils doivent ressentir. Après une conférence de presse et un passage express au Club France, je rentre au village entre 11h et minuit. Je prends le temps d’ appeler mes parents pour leur raconter brièvement cette fabuleuse journée.

La nuit après la victoire est finalement plus dure que la veille du match !!.

Deux jours après, la compétition se poursuit. Evidemment je n’ ai plus la même pression, mon contrat est rempli, mais je tiens à réaliser de bonnes performances à 50 mètres.

Je passe à 2 points de la finale en carabine  50 mètres 60 balles couché, je termine à la 11ème place.

Le lendemain, je concours dans l’ épreuve du 3 positions à 50 mètres. C’est ma discipline la plus faible théoriquement. Pourtant malgré le froid ce jour là, je rentre en finale à la 7ème place, bien trop loin du podium au niveau des points. C’est tout de même une performance inattendue.

Voilà le récit de mes compétitions à Londres, jamais je n’aurais pensé atteindre un tel niveau. Comme quoi, il faut toujours croire en soi, le travail, la persévérance, et l’ expérience tirée de mes échecs ont abouti à la plus belle récompense à laquelle un sportif de haut niveau peut prétendre.